Le rôle cancérigène des particules PM10 vient d’être officiellement reconnu par l’O.M.S. pour le cancer du poumon et le cancer de la vessie.

En 2009 et 2010, la place Gambetta était le point noir de la CUB dans ce type de pollution, pollution en grande partie liée à la pollution automobile (véhicules Diesel). La limite de 35 jours par an de 50 µg/m3 avait été largement dépassée pendant ces 2 années.

En 2011, les résultats publiés par l’AIRAQ montrent que la station de Gambetta n’a enregistré que 24 jours de dépassement ce qui représente une amélioration sensible.

Selon madame Anne Walryck, adjointe au Maire, responsable du développement durable, cette amélioration est liée à l’amélioration des performances de la flotte des bus qui sont passés –pas tous- de l’énergie gazole à l’énergie gaz naturel, non productive de microparticules. Le prochain lot de bus sera à propulsion hybride (moins polluante encore et moins bruyante).

Le Plan de protection de l’Atmosphère voté à l’unanimité par le Conseil Municipal le 30 avril 2012 s’est donné comme objectif pour 2015, dans le domaine des transports, de diminuer encore de 20% l’émission de microparticules PM10 et de 25% l’émission de dioxyde d’azote.

Les bus étant de moins en moins polluants (pour la pollution aérienne), le principal responsable est la circulation automobile qu’il faut réduire tout en favorisant les alternatives au moteur diesel.