La pollution aérienne et la pollution sonore sont une des causes de la perte de qualité de vie.

La pollution aérienne est essentiellement d’origine automobile. La plus préoccupante est la pollution par les microparticules (PM 10 et 2,5) reconnue par l’OMS aujourd’hui comme responsable de l’apparition de cancers (poumons et vessie) et de l’aggravation des maladies chroniques bronchiques et cardiovasculaires, avec une réduction de l’espérance de vie. C’est donc un problème de santé publique. A Gambetta, le seuil d’alerte de 80µg/m3 n’est qu’exceptionnellement atteint. Le seuil d’information et de recommandation (50 µg/m3) est régulièrement dépassé, et l’objectif de qualité de l’OMS (30 µg/m3) n’est jamais atteint.

La pollution aérienne atteint des tranches d’âge particulièrement sensibles, en particulier celles des enfants. Il y a une crèche sur la place Gambetta et une école à proximité de la place en haut de la rue Bouffard.

La pollution aérienne est également nuisible pour la pierre érodée et salie par les microparticules.

Elle a augmenté de 21% entre 2002 et 2012 (rapport de l’AIRAQ).

En décembre 2013, elle a atteint la cote 10 (maximale) pendant près d’une semaine  (source : mesure de l’AIRAQ).

Statistiques de l’AIRAQ pour les particules PM10 fin 2016

Voici les pics de PM10 relevés pour le mois d’octobre et début novembre 2016. On y découvre que le mois d’octobre était tout aussi mauvais que septembre ! Que se passe-t-il ?

Octobre 2016

01/10   22

02/10   26

03/10   27

04/10   35

05/10   36

06/10   61

07/10   49

08/10   65

09/10   48

10/10   53

11/10   57

12/10   43

13/10   35

14/10   35

15/10   47

16/10   43

17/10   30

18/10   45

19/10   49

20/10   59

21/10   72

22/10   36

23/10   46

24/10   31

25/10   46

26/10   68

27/10   41

28/10   74

29/10   81

30/10   119

31/10   50

Novembre 2016

1/11   84

2/11   80

3/11   54

4/11   64

5/11

 

Précisions d’Ellen Hazera

Mes chiffres ne sont que les pics de la journée alors qu’Airaq ne prend vraiment en compte que la moyenne de la journée. Mais il me semble que ces pics sont de plus en plus haut et de plus en plus fréquents. Aussi un pic de 80, par exemple, met plusieurs heures à retomber, et on aurait eu largement le temps de faire entrer la pollution dans l’appartement, de fermer les fenêtres et de dormir avec ! Mais je ne voudrais pas provoquer des cauchemars !

 

mas-ca-gaz943

Dessin de Bernard Deulbelbeiss

Recommandations

Faire baisser la pollution aérienne en réduisant la circulation automobile et en favorisant les transports en commun doux, les flottes publiques et les camions de livraison en énergie non polluante. La diminution de la pollution rendrait la place plus attrayante.

La pollution sonore est elle aussi liée aux transports en commun, à la circulation automobile et aux services publics et privés d’urgence (pompiers, police, ambulances).

–  Respect de l’arrêté municipal pour l’arrêt des moteurs  des bus en régulation (arrêté actuellement jamais respecté. Des conducteurs affirment ne pas le connaître)

–  Klaxon de courtoisie pour les bus

–  Etude sur une réduction des sirènes de service d’urgence la nuit

La pollution aérienne semble aujourd’hui un argument très fort pour sensibiliser et éduquer la population dans l’alternative au tout automobile.

Réseaux sociaux

Rejoindre l’association