L’histoire a montré que cette place centrale à la limite entre le cœur historique et la ville nouvelle a toujours été un nœud de circulation. C’est une place qui n’échappe pas à son passé. La croissance exponentielle de la circulation automobile, le développement et la centralisation des transports en commun sont responsables de la dégradation et de la paupérisation de la place, et de la destruction de sa qualité de vie. Le jardin n’est plus accessible, coupé des voies piétonnes par un flot incessant de véhicules.


Avant-Apres3

Il passe 1100 bus par jour (grands bus articulés à 90%) avec 140 à 150 bus à l’heure aux heures de pointe.

La réduction de la circulation est, répétons-le, le point crucial de la discussion quand on aborde la réflexion sur la réhabilitation de la place.

Ceci représente un transit de 16.000 passagers/jour. Le flux global de véhicules était avant la mise en place du nouveau schéma de circulation (2010-2012) de 35.000 à 40.000 par jour.

Un nouveau schéma de circulation a été mis en place en octobre 2012 avec uniquement des bus sur le côté Est et des voitures et des bus sur le côté Ouest.

La situation s’est améliorée sur un seul côté : le côté Est.

trottoirNord

La circulation des bus et des véhicules reste très dense.

Un comptage de véhicules devait  être réalisé pour évaluer objectivement l’évolution. Nous l’attendons. Mais selon les services techniques de la Mairie, le nouveau schéma de circulation aurait entrainé une baisse de 10 à 15%.

La chaussée est traitée avec un enrobé de type routier, incompatible avec la valeur patrimoniale de l’ensemble architectural. Elle souffre du nombre et du poids des bus et des camions avec des effondrements que chacun peut constater aujourd’hui. Les immeubles vibrent à leur passage ce qui fait redouter des dégâts structurels.

Trottoir nord : vous constatez sur ces deux images que rien n’a changé !

Recommandations : il faut réduire la circulation

Des recommandations plus détaillées ont été proposées par l’association à la Mairie et à la CUB.

Réseaux sociaux

Rejoindre l’association