Mettre en lumière ce facteur est une évidence. Pourquoi ?

Parce que si l’on reprend l’histoire de la place, on observe :

–  Que cette place est un ensemble architectural harmonieux, dont les façades nous sont livrées dans leur intégralité, sans modification

–  Qu’elle est triplement classée :

  • elle fait partie du secteur sauvegardé, loi Malraux
  • elle est inscrite aux Monuments historiques
  • elle est dans le périmètre du classement UNESCO

–  Que c’est une place centrale bordant la partie historique de la ville (point zéro) et que cette centralité la met au cœur des enjeux stratégiques, et en particulier des grands schémas de déplacement des populations. « C’est un passé qui ne passe pas ».

–  Que cette évolution vers une gare routière et un carrefour de circulation automobile a détourné la population de ce très beau lieu et a provoqué sa paupérisation et la destruction du lien social.

 L’enjeu est donc  de retrouver une place belle, vivante, apaisée, à dimension humaine au centre historique d’une grand agglomération, visant le statut de métropole.

Tous les immeubles qui forment la place sont une succession de travées verticales comportant :

–  Une embrasure à plein cintre, à clé ornée d’un mascaron, ouvrant dans un mur à refends horizontaux incluant le rez-de-chaussée avec une ouverture verticale rectangulaire, et l’entresol avec fenêtre rectangulaire intégrée dans le cintre

–  Un étage séparé de l’embrasure par un bandeau avec une fenêtre rectangulaire à garde-corps de fer chantourné à chambranle saillant, avec une plate-bande ornée d’une agrafe centrale

–  Une forte corniche qui sépare cet étage de l’étage supérieur

–  Un comble avec une lucarne couverte d’un arc segmentaire orné d’une agrafe centrale, entourée par un brisis d’ardoise.

Les mascarons des fenêtres du 1er étage sont remarquables par leur diversité, aucun n’étant  identique à un autre. Il en est de même des agrafes. Les toitures en ardoise font partie de l’unité des façades.

(Référence : H. Maydieu Maffre – Ph. Maffre  : Bordeaux , les rues du centre historique – KOEGGI, Edition 2010).

 Recommandations

Cet ensemble architectural uniforme, sans doute le plus complet de Bordeaux, doit subir une restauration globale de qualité :

  • l’unité des façades doit être préservée
  • le ravalement, à la charge des propriétaires, devra être réalisé selon un programme dicté par les échéances du chantier, décision prise en accord avec le Maire de Bordeaux
  • les mascarons et agrafes doivent être préservés intégralement et  rénovés
  • le traitement des ouvertures –portes et fenêtres- devra être en harmonie avec les normes du secteur sauvegardé édictées par les Bâtiments de France, afin d’obéir à des règles de qualité
  • le projet d’ensemble devra permettre une bonne visibilité des façades

              

Le programme qui sera mis en place dans le cadre du projet de la place Gambetta, le choix des matériaux utilisés, devront  s’inscrire suffisamment dans le contexte de ce lieu et de cette place bordelaise, chargée d’une forte mémoire historique. Il faudra donc être très attentif au caractère de la rénovation.

 

 

 

Réseaux sociaux

Rejoindre l’association